Joaillier, un métier passion

Plusieurs spécialités comme l’horlogerie, l’orfèvrerie et la joaillerie sont associées au luxe, à juste raison. La joaillerie donne vie aux plus belles parures et objets par la main du joaillier, artiste, professionnel et forcément passionné ! D’ailleurs, la langue Française parle souvent d’excellence au travers d’expressions faisant référence à ces métiers.

Joaillier, un métier de haute précision

On ne s’improvise pas joaillier. Tout comme les bijoux qu’il créé, le joaillier a plusieurs facettes et plusieurs cordes à son arc. Détenteur d’une haute technicité, son métier le mène à connaître à la fois les métaux et les gemmes. Il doit travailler, façonner toutes sortes de métaux : or, argent, platine… et savoir polir, sertir, tailler nombre de pierres précieuses ou semi précieuses comme le saphir, l’émeraude, le rubis, l’améthyste ou la turquoise et bien sûr, le diamant.

Pour aboutir aux parures d’exception que l’on attend de lui, il devra polir différents métaux et pierres devenant alors polisseur. Il lui faudra tailler de précieuses gemmes et il sera lapidaire s’il s’agit de pierres de couleur ou diamantaire s'il s’agit de diamants. Quand il lui faut intégrer pierres et diamants dans le bijou demandé, il devient sertisseur.

Pour devenir joaillier, plusieurs qualités et compétences s’avèrent indispensables.

Travaillant au millimètre près pour réaliser des parures d’exception, il devra être habile, minutieux et patient. Il lui faudra être imaginatif, doté d’une véritable sensibilité artistique pour gérer la création de bijoux originaux tout comme l’adaptation de bijoux anciens. Le joaillier doit détenir quelques connaissances en physique et chimie pour le travail des métaux et bien sûr en gemmologie pour savoir identifier la qualité des pierres précieuses qu’il travaille. Enfin, quelques aptitudes commerciales lui seront nécessaires pour satisfaire sa clientèle.

La haute joaillerie est un métier d’Art – combinant créativité, expertise et passion – comme en témoigne les ateliers et boutiques de prestige qui ont fait de la Place Vendôme un lieu de visite incontournable pour tous les étrangers de passage à Paris.

Se former pour devenir joaillier

Tout comme un pâtissier devra détenir deux diplômes différents pour s’afficher comme maître-chocolatier, les métiers de bijoutier et joaillier ne répondent pas au même degré de formation même s’ils sont souvent associés.

Techniquement, le bijoutier créé des bijoux, assemble des éléments de nature diverses (or, argent, perles, cuir, etc.) et façonne le métal. En revanche, dès qu’il est question de travailler les pierres précieuses, le joaillier intervient.

Les deux métiers sont proches et relèvent d’une formation de base commune mais la certification en joaillerie nécessite tout naturellement plus de temps.

Le CAP Art et Techniques de la bijouterie-joaillerie (accompagnés d’options) forme les élèves sur 2 ans et est accessible dès la 3ème. Un Brevet des Métiers d’Art option bijouterie-joaillerie (BMA) sur 2 ans est accessible après le baccalauréat. Enfin, le Diplôme National des métiers d’art et du design mention objet (DN MADE) valide un niveau Bac+3.

Selon la formation suivie et un choix personnel, les débouchés sont variés. Le métier être exercé en qualité de salarié ou artisan indépendant. Des informations plus détaillées et actualisées sont à découvrir sur les sites de l’Union Française de la bijouterie-joaillerie (www.bjop-france.com) et sur le site du Comité Francéclat (www.formations-hbjo.com).